Storytelling : devons-nous raconter des histoires dans les modules e-learning ?

    Par le 6 février 2015

    Malcolm Knowles, John Keller et d’autres théoriciens de l’apprentissage nous rappellent que les apprenants adultes ont besoin de pertinence pour apprendre.

    Pour assurer l’efficacité d’un processus d’apprentissage, il est important d’expliquer les concepts sous forme d’histoires auxquelles les apprenants peuvent s’identifier. Car en leur donnant la possibilité d’acquérir des connaissances selon leurs propres schémas mentaux, le réalisme de l’histoire facilite la mémorisation des informations.

    Le storytelling a le pouvoir de convaincre l’apprenant

    L’histoire a le pouvoir de convaincre l’apprenant de s’investir dans la formation et, en définitive, d’adopter les comportements désirés. Écrite sous les traits d’une conversation, l’histoire peut même s’avérer divertissante.

    Storytelling

     

    Mais à cet égard, il convient d’être prudent.

    L’histoire ne doit pas détourner l’attention de l’apprenant des messages clés dont elle est le vecteur, parce qu’elle aurait produit une surcharge cognitive. Le storytelling ou l’art de raconter une histoire peut ne pas convenir à toutes les situations de e-learning. 

    Il est de rigueur d’y avoir recours uniquement lorsqu’il peut appuyer efficacement le processus d’apprentissage.

    À ce stade, l’intervention des spécialistes en contenus pédagogiques peut être cruciale, car ils utilisent peut-être déjà des histoires dans le cadre de formations en présentiel. Votre rôle, en qualité de concepteur pédagogique, consiste à trouver des histoires potentiellement intéressantes et à vous poser les bonnes questions afin d’identifier les ingrédients nécessaires pour asseoir la formation que vous élaborez.

    Storytelling

    Éléments fondamentaux du storytelling:

    Il est important de mener cette réflexion sous l’angle des éléments fondamentaux du récit :

    • Le cadre ou l’intrigue: Où se déroule l’histoire ? Dans un bureau, sur une île, sur un circuit automobile, etc.
    • Les personnages: Qui sont les personnages de l’histoire ? À quoi ressemblent-ils ? Quel est leur rôle dans l’histoire ?
    • L’événement  (le problème): Sur le lieu de travail, chaque tâche répond à un objectif. L’événement ou le problème soulevé par l’histoire illustre habituellement cet objectif.
    • Le déroulement (actions et conséquences): L’objectif est d’expliquer aux apprenants ce qui arrive lorsqu’ils accomplissent une tâche correctement ou, au contraire, incorrectement. Il est question de faire le lien entre des choix et leurs conséquences.
    • Le point culminant (enseignements et résolution du problème): En règle générale, le point culminant de l’histoire est l’aboutissement d’une suite d’événements. Il peut également représenter un tournant dans le récit et montrer comment le personnage de l’histoire a réussi à renverser une situation.
    • Le dénouement: Il est courant pour une histoire de s’achever par une conclusion qui rappelle les points clés et apporte une solution.

     

    Consulter notre catalogue des formations e-learning

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    franck Il y a 9 mois

    Très bon article!

    A poulayot Studios, nous avons pris le parti de toujours raconter une histoire!

    Nous travaillons nos storytelling sous forme de dessins animés; on parle de storytelling visuel ou vidéo explicative.

    Si la vidéo explicative prend aujourd’hui une telle ampleur, c’est parceque l’on sait que l’on se souvient à 20 % de ce que l’on entend, à 30 % de ce que l’on voit, et à 50% de ce que l’on entend et voit.
    En partant du principe qu’avec une vidéo on ne vous oubliera pas, il faut aussi rappeler un autre intérêt d’investir sur une vidéo virale: elle va trouver toute seule vos nouveaux clients ( sur Youtube, Facebook etc… ) sans que vous n’ayez plus rien à dépenser!

    Mais attention: ne la faîtes pas vous-même! Car, même si vous avez de bonnes idées une vidéo non professionnelle risque d’abîmer votre image.

    Alors n’hésitez pas à visiter notre site web:
    http://www.poulayot.fr/
    …et la bonne nouvelle: nous vous offrons 5% si vous venez de la part de elearning-news.fr 🙂

    franck

    Répondre

    David Il y a 8 mois

    Le cerveau fonctionne en effet par association d’idées.. Et le fait de contextualiser une connaissance permet d’améliorer la mémorisation (la retenue) des informations. Plus on créé des connexions, plus évidemment, la structure devient solide et stable. Et les façon d’accéder à une information serait plus nombreuses. Il ne faut pas confondre ces modes d’accès avec les liaisons neuronales. Car la transposition n’est pas certaine. Des expériences plus avancées en réalité virtuelle ont également montré que l’apprentissage pouvait être amélioré. Et ceci par le fait d’une contextualisation des connaissances.

    Répondre