Quantified self… toi-même !

Par le 30 septembre 2014

L’auto-évaluation de ses performances, son analyse, son partage, ne sont pas nouveaux, loin de là… Et pourtant, des solutions techniques, des tendances, des usages laissent à penser que le monde de la formation aurait fort à gagner à regarder par le bout de cette lorgnette. Décryptage.

Nike Fuel Band, FitBit, Jawbone, voire Apple Watch… autant de périphériques, le plus souvent portés au poignet, plus ou moins récents, et dont l’objet est de mesurer l’activité, généralement physique, de leur détenteur : l’auto-mesure, l’auto-quantification, la mesure de soi.

NikeFuel Android

Le quantified self un usage récent ? Pas vraiment.
Accessibilité, challenge, gratification.

Les podomètres, chronomètres, tensiomètres et cardiomètres individuels existent depuis belle lurette. Ce que change en termes d’usages un périphérique de quantified self c’est son caractère accessible (comptez entre 80 à 400 €) et connecté :

  • Connecté aux autres, à mes pairs, par un système d’amis et de réseau social avec lesquels je vais pouvoir me comparer.
  • Connecté à un « standard statistique » qui va régulièrement me challenger : FuelBand va m’indiquer le nombre de points que gagnent quotidiennement les hommes de ma génération et m’adresser des défis en fonction de la nature de ma pratique (aérobic, football, fitness, bricolage…), tandis que FitBit va comparer la qualité et la durée de mon sommeil avec mes amis virtuels.
  • Connecté à moi-même et en permanence car mon smartphone me transmet un monitoring en temps réel et des alertes à renforts de graphiques, statistiques et trophées virtuels.

Et c’est là où le réflexe cognitif du quantified self commence à être intéressant : c’est parce que je me sens, de mon plein gré, observé par mes pairs, monitoré par mon périphérique, que j’accepte le challenge que me propose la machine.  Et la plupart du temps je l’accomplis.
J’ai tenté l’expérience avec FitBit et FuelBand.

Pourtant sportif régulier, une fois mes caractéristiques saisis dans mon profil (compter 10 minutes maximum), le défi était approprié à mes pratiques régulières : juste un petit peu au-dessus… Et j’ai pu constater que ma pratique sportive quotidienne a changé pour l’accomplissement d’un défi à la gratification toute virtuelle : un badge, une animation, un tweet automatisé, une vibration du bracelet.

Certes le réflexe s’essouffle au bout de quelques semaines, certes la gratification peine à se renouveler, et finalement ce que l’on retrouve au bout de la démarche, c’est bien le goût de l’effort.

Mais toujours je me souviendrai avoir descendu, monté, re-descendu puis re-monté mes escaliers pour obtenir, quelques minutes avant l’expiration du défi un sésame dérisoire : une animation sur mon bracelet et mon monitoring : 12 diodes qui clignotent en vert et m’affichent « GOAL, Go VINCENT ». Mais oui je l’ai fait, et oui j’ai éprouvé du plaisir à faire l’effort nécessaire pour accomplir cet inutile défi.

Et la formation dans tout cela ?

Les extensions d’usage du quantified self sont immédiatement à imaginer dans le domaine médical, on n’invente rien ici… Problème : difficile de faire accepter qu’un périphérique à 100€ soit capable de mesurer tension, rythme cardiaque, niveau de diabète et cholestérol et de le faire valider médicalement. Aussi, à date, les constructeurs s’abstiennent de s’adresser à cette cible, et pourtant la technologie est là : capable d’adresser une alerte à un professionnel qu’un patient est en souffrance. Question de temps, question de lobbying et d’éthique probablement aussi…

De là à imaginer nos apprenants porter des bracelets de monitoring les évaluant sur leur pratique du management, de l’entretien d’évaluation ou de leur capacité à maîtriser le stress, il n’y aurait qu’un pas diraient les impatients.

Mais, et c’est probablement mieux ainsi !, à date aucune entreprise ne songe à obliger ses salariés à porter des bracelets de performance. Tant pis pour les impatients.

Pourtant nos apprenants, être digitaux à part entière, se familiarisent progressivement à cet usage. Nike est en train d’étendre sa technologie à toute une gamme de vêtements connectés, les runners peuvent comparer leurs parcours en ligne et en temps réel, Fitbit se focalise sur des indicateurs de bien-être, Apple tente de centraliser et monétiser tranquillement l’ensemble. Ce qui importe ici est la logique de l’usage.

Et cette logique m’invite à penser que ce que nous devons (re)mettre en place dans nos formations est l’individualisation de la notion de performance, le défi personnel et itératif, l’accomplissement de soi, le goût de l’effort et du dépassement. Que ce soit dans l’e-learning ou le présentiel, avec ou sans technologie, ce qui importe ici c’est le retour de la propension des êtres apprenants à s’auto-infliger une contrainte, pour la dépasser. Par plaisir, auto-satisfaction et auto-gratification. « Douleur exquise » dirait une grande artiste.  

Quelques limites ?

Alors oui, les sceptico-catastrophistes se demanderont à quoi peut servir la collecte des données ? Si mon bracelet sait que je pratique le football entre 12 et 14h le mardi, n’est-il pas en mesure de m’adresser à 14h05 une publicité pour une boisson énergétique et pour le match du soir diffusé sur une chaîne à péage ?

Imaginez le même fonctionnement dans le domaine médical et pharmaceutique et c’est le grand vertige… Les sceptiques n’ont pas tort. Mais gageons que si l’être humain est capable de s’auto-stimuler, s’auto-évaluer, il soit capable aussi capable de s’auto-réguler.

Human after all, non ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Christophe PERILHOU Il y a 4 années

je viens de faire ce matin l’expérience de cette auto-évaluation avec l’appli Runtastic. Etonnant comme un petit stimuli peut nous aider à nous dépasser !
incontestablement quelque chose à creuser dans les dispositifs de formation, partant du principe que la motivation constitue un levier majeur d’apprentissage, au même titre que l’exploration de ses zones d’inconfort

Répondre

Raoul ADAM Il y a 4 années

Intéressant ce concept d’autoévaluation des acquis et de la mise en pratique dans la durée
ça s’intègre parfaitement dans les schémas de formation AVANT / PENDANT / APRES qui se développent fortement

Répondre

Baptiste Bideaux Il y a 4 années

Difficile d’appliquer cette technologie à la formation professionnelle tant l’accès au matériel est hors de prix. Un bracelet connecté ? Un gadget de GEEK hors de prix qui n’a pas forcément convaincu de son intérêt.

Et quand bien même ? Que peut-on proposer comme utilisation ? Le bracelet qui vibre si on atteint l’objectif de connaissance attendu ? Un badge de congratulation (un peu à la POKEMON) ?

N’est-ce pas juste une lubie ? Toute technologie est-elle bonne à prendre ? Faut -il toujours que l’on angoisse de ne pas être « à la page » dans le monde de la formation, au point de vouloir prioriser la technologie à la pédagogie ?

Le domaine est hyper concurrentiel, certes, mais gardons à l’esprit qu’une bonne formation est avant tout un formation créée par des pédagogue et non des ingénieurs.

Répondre
    Vincent Lévêque

    Vincent Lévêque Il y a 4 années

    Bonjour Baptiste, merci beaucoup pour votre commentaire qui implique quelques précisions de ma part :
    – sur le prix tout d’abord et l’accessibilité à cette techno. Aujourd’hui les bracelets coûtent entre 70 et 120€. Je vous rejoins sur le fait que l’usage n’a pas forcément convaincu. Nike a même cessé la production de FuelBand… Mais Nike a conservé la technologie et la R&D, pour l’intégrer prochainement à des vêtements dont le prix devra être accessible pour réussir. Au regard de ces éléments, le prix de cette technologie ne me semble plus être une limite. Son accessibilité et sa massification étant une condition de sa réussite.
    – sur la gratification ensuite. L’objet de ce billet n’est pas de s’intéresser à la nature même de la gratification (un badge, une vibration, un Pokemon… mais aussi pourquoi pas une certification, un diplôme), mais sur son mécanisme, sa fonction. Ce qui nous intéresse ici est que dans une approche utilisateur, on constate une stimulation de l’apprenant à être challengé, comparé à soi-même, comparé aux autres. C’est une tendance d’usage qu’on ne peut ignorer.
    – Enfin et en effet, toute technologie n’est pas bonne à prendre. L’objet ne fait pas sa fonction, c’est l’usage qui importe.
    Et justement, tous les usages de nos apprenants, êtres digitaux à part entière, sont à étudier et à connaître pour leur proposer des dispositifs pédagogiquement efficaces et pertinents.
    Donc oui une formation est avant tout conçue par un pédagogue, qui connait les usages digitaux de ses apprenants, et qui donc saura s’adresser à eux.
    Un ingénieur pédagogue, en somme… 🙂

Eduardo Il y a 4 années

Une certaine lassitude par rapport à l’automesure intervient aussi après quelques semaines, quelques mois pour les plus endurants et tenaces.
Aussi Vincent, quand cela arrivera, je suis prêt à te racheter d’occase le Fuelband ou le Fixbit. 🙂

Répondre
    Vincent Lévêque

    Vincent Lévêque Il y a 4 années

    Merci Eduardo, je prends bien note de ta proposition !
    Et si en effet, on auto-mesurait les indicateurs de lassitude ?

    Anne Dorange Il y a 4 années

    En matière d’auto évaluation, le concept de la formation numérique certifiante prend tout son sens. Elle permet la mise en place d’une démarche enrichissante au cours de laquelle l’apprenant devient acteur de sa formation. Ce principe permet la mise en place de pédagogies modernes basées sur la classe inversée, les tests de cohérence, etc. et permet par là même d’enrichir tant les contenus que les éléments d’évaluation en s’assurant du meilleur niveau de cohérence des certifications délivrées. Je suis à votre disposition pour échanger sur ces sujets que je perçois comme complémentaires aux solutions existantes.

Abonnez-vous au blog

Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.