5 étapes pour améliorer l’expérience formation des apprenants

    Par le 14 décembre 2017

    Il y a quelques années, un apprenant s’inscrivait à une formation et passait deux jours dans une salle avec un formateur et des pairs. Il retournait ensuite sur son poste de travail et tentait de transposer ce qu’il avait appris. Faut-il passer de l’ingénierie pédagogique à l’ingénierie d’expérience ?

    Nous assistons aujourd’hui à un développement de dispositifs beaucoup plus riches, avec une palette d’interactions relationnelles et numériques qui s’est élargie : l’apprenant va utiliser son smartphone en présentiel, il disposera d’activités digitales en amont ou en aval, il pourra échanger avec d’autres dans une approche d’apprentissage entre pairs…

    La perspective est réjouissante, mais ce qui apparaît pertinent du point de vue pédagogique et simple pour le concepteur peut parfois sembler compliqué du point de vue de l’apprenant…

    Dans un contexte de digitalisation, la question « Est-ce que ce dispositif pédagogique est adapté ? » n’est plus suffisante. Lors de la conception, il faut désormais se mettre « dans la peau » de l’apprenant, bien identifier l’ensemble de ses points de contacts avec le dispositif, localiser les irritants éventuels et chercher à les éliminer !

    Cela suppose d’adopter une approche méthodologique en 5 étapes :

    1 – Se mettre « dans la peau »  de l’apprenant

    Créer des Persona, sortes d’utilisateurs-type, représentations fictives des utilisateurs cibles d’une solution. Vous pourrez les utiliser pour fixer des priorités, guider des décisions de conception et d’ergonomie, et tester les scénarii prioritaires.

    2 – Passer de l’ingénierie d’acquisition à l’ingénierie de transposition

    Ne pensez plus en événements de 2 jours, mais placez-vous dans un temps long qui englobe le temps d’inscription dans le dispositif, le temps d’appropriation, la répétition du geste et l’ancrage dans la durée.

    3 – Passer de l’escalier pédagogique à la scénarisation émotionnelle

    Les apprenants évaluent en général leur expérience de formation sur un pic émotionnel en cours de processus, et sur la fin de ce dernier. Il est donc essentiel que la dernière étape d’un parcours de formation soit enthousiasmante !

    Or, si le sas d’entrée du dispositif est en général soigné pour créer de l’appétence, il ne faudra pas oublier la dernière étape du parcours de formation, par exemple le moment où on félicitera l’apprenant d’avoir transposé ses acquis !

    4 – Améliorer l’expérience : simplifier les interactions de l’apprenant avec les interfaces

    Apprendre et adopter une nouvelle pratique suppose des efforts. L’accès à la formation doit donc générer le moins d’effort possible !

    Chasse au clic superflu, authentification unique, harmonisation des notifications, personnalisation de l’interface par l’utilisateur lui-même en fonction de ses besoins, accès multi-devices… beaucoup de zone de frictions peuvent être évitées.

    5 – « Make it happen » avec les ambassadeurs de l’expérience

    Tenir la « promesse » initiale suppose de soigner la qualité de la mise en œuvre concrète du projet.

    Cela passe par le réglage fin des interfaces numériques et par l’accompagnement des personnes qui vont incarner l’expérience auprès des apprenants (formateurs, managers, pairs). Dans un souci de symétrie, il peut être pertinent de les former selon les mêmes modalités que les apprenants le seront.

    L’enjeu actuel de la fonction L&D n’est plus simplement de concevoir un dispositif pertinent. Pour obtenir de l’engagement, il convient de se poser la question de l’enchantement (comment générer des émotions positives) et de la simplification de l’expérience (comment réduire au maximum l’effort d’accès au dispositif).

    Retrouvez d’autres défis pour la fonction Learning & Dévelopment dans le Book de l’Inno Cegos « L&D : décoder le futur » à télécharger ici.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    castineira Il y a 8 mois

    Merci

    Répondre

    Valerie Il y a 7 mois

    Beau départ de réflexion sur l’impact des émotions dans l’apprentissage – sujet à approfondir !

    Répondre

    Abonnez-vous au blog

    Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.