Les technologies digitales au service de l’efficacité pédagogique

    Par le 1 avril 2014

    Les modalités d’apprentissage digitales doivent aujourd’hui répondre aux nouvelles attentes des apprenants, davantage autonomes vis-à-vis de leur formation.

    Etude sur la formation- Cegos 2012 Questionnaire salarié sur l'autonomie

    Extrait de l’étude Cegos sur la formation- 2012

    Les technologies bouleversent la formation professionnelle

    L’émergence des technologies numériques dans la sphère de la formation professionnelle a eu un impact fort sur le comportement des apprenants alors même que les responsables des ressources humaines négligent encore trop souvent l’impact de cette digitalisation sur leurs organisations (Enquête Creative People Advantage, BCG, novembre 2011 et Radioscopie du DRH, Cegos, juin 2012). Les salariés peuvent aujourd’hui consulter des modules de formation en ligne, via leurs mobiles ou leurs tablettes, visualiser des vidéocasts ou des visioformations, se faire accompagner par des actions d’e-tutorat…

    Le face-à-face s’efface

    Le face-à-face pédagogique, jadis au cœur des processus de formation, cède peu à peu sa place aux modalités distancielles, plus en phase avec les exigences d’instantanéité auxquelles sont confrontées les nouvelles générations de salariés. En prenant le réflexe d’aller chercher eux-mêmes des contenus pédagogiques sur le web, les stagiaires ont gagné en autonomie vis-à-vis de leur démarche d’apprentissage.

    Les dispositifs de formation s’adaptent

    Pour accompagner l’hyper-connectivité des salariés et susciter leur adhésion, les dispositifs de formation doivent donc s’adapter à ces nouveaux usages en proposant des outils personnalisés et engageants.

    Il ne s’agit pas seulement  d’équiper en solutions à distance, que ce soit en amont ou en aval les stages de formation présentielle mais

    • de proposer des solutions 100% distancielles qui permettent une montée en puissance
    • ou encore de rentrer dans une véritable hybridation des moyens de se former. La formation en salle elle-même intègre de plus en plus d’outils numériques dans le but de renforcer l’attention, de jouer sur différents canaux d’apprentissage et de se rapprocher au plus près des conditions d’activité professionnelle des stagiaires.

    La qualité, pilier d’une bonne ingénierie pédagogique

    L’appétence des individus vers les outils numériques, le pouvoir de séduction de ces mêmes outils ne doivent pas se substituer à leur efficacité pédagogique. Les nouvelles technologies doivent avant tout être considérées comme une opportunité de personnaliser les dispositifs de formation et de renforcer leur pertinence.

    En ce qui concerne le mobile learning, par exemple, il n’est en effet plus question de proposer des solutions juste pour surfer sur la vague du web 2.0, il s’agit avant tout d’offrir à chaque apprenant une modalité permettant de se former n’importe où et à n’importe quel moment pour répondre à des nécessités de montée en compétences, parfois sur des situations très ponctuelles.

    Le digital learning rend ainsi enfin possible une véritable individualisation de la formation, en agissant sur 3 dimensions étroitement imbriquées : contenu, expérience pédagogique, et modalité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Abonnez-vous au blog

    Afin de vous abonner et pour des raisons de sécurité, votre navigateur doit accepter les cookies et le JavaScript.